Entre deux mondes

Canarias

Publié le 16/09/2011 à 08:52, Las Palmas de Gran Canaria
Mots clefs :

Me voila bien tranquille dans la marina de Las Palmas de Grand Canaria, bref, au Canaries quoi !

Nous avons donc, « Tigre » et moi, quitte le mouillage de Portimao le samedi 03 septembre, destination les Canaries. La route est toute droite, les vents devraient être bon et augmenter dans les 48h, ce qui permettrait de mettre de la distance entre moi et la cote rapidement, gage de sécurité. Voila, les derniers coups de téléphone sont passes pour prévenir la famille, encore quelques SMS tant qu’il y a du réseau, et le dernier fil coupe, nous voici seul sur ce plateau bleu a l’horizon sans fin sur 360 degrés. Tout commence bien avec immédiatement la capture d’un beau poisson, sous le nez de bateaux de pêche sportives suréquipes, et un bateau qui glisse au près a 6 nœuds, avec un vent de 10 nœuds sur mer plate. Je croise même une scène de chasse, avec des dauphins de partout rabattant probablement les poissons, et des fous de bassan profitant de l’opportunité pour se rassasier. Deux d’entre eux viendrons jeter un œil a mes étranges ailes blanches, sous leur vole gracieux. La nature est vraiment splendide lorsque qu’elle libre et sauvage. Cela fait tout drôle de laisser l’Europe derrière et de pointer le vide, ou se cache un archipel plein de promesses. Ho, rien d’héroïque la dedans, le soir, au moment de me retrouver seul a la table du carre pour honorer le poisson, toute la pression des derniers jours me tombe dessus, et mon moral s’échappe comme par une chasse d’eau. Je balance tout a la flotte, et ne mangerai plus de tout le trajet, a cette endroit trop vide. Dehors un petit oiseau tourne autour du bateau, et joue avec les perturbations du vent sur les voiles. Comme pour me rappeler que je ne suis tout a fait seul. La nuit s’installe, et les gestes du marin prennent le dessus. Commence la première nuit de veille au passage de nombreux cargo allant ou venant de Gibraltar. Mes calculs étaient bon, car le plus gros est passe durant l’après midi, donc de jour, et la nuit s’avérera douce  et reposante. Le lendemain dimanche, le vent tombe complètement, et je doit me résigner a déjà brûler du gasoil pour aller toucher les vents du large prévus pour la nuit. Le créneau entre les alizés portugais et un coup de vent prévus sur Agadir est court, et je dois avancer. D’ailleurs ça se couvre, et l’épaisse barrière noire de nuages derrière moi, donne raisons aux prévisions météo. Ca va souffler. En effet, le vent monte en fin d’après midi. J’affale la grand voile puisque je suis a présent plein vent arrière, je réduis devant, je réduis encore. La nuit tombe, et déjà la mer se creuse. Avant de rentrer dans la peau humide du veilleur, un petit souhait, comme ça c’est bien, pas plus merci. Vœux pieux. Je ne croise plus aucun bateau, aussi je m’accorde de séquences de sommeil un peu plus longues. Tiens, le bruit de l’eau qui glisse sur la coque s’accentue, on accélère. Je me lève pour vérifier, et en effet le gps indique 10 nœuds au compteur. Pourtant « Tigre » tient parfaitement la route sous pilote. Mais par précaution, je ne laisse qu’un torchon a l’avant pour le confort de mon repos. Ca marche qu’en même a 6 nœuds. Ce bateau ne semble pas vouloir perdre de temps. Le lendemain, le paysage a bien change. La mer devient forte, et atteindra dans les quatre mètres dans la journée. L’allure de vent arrière, bien que sécurisante, n’est pas confortable, le bateau roule et le cockpit est constamment mouille par quelques déferlantes. Se sera donc cire et bateau ferme pour les 48h prochaines heures. En effet, le bulletin météo confirme le coup de vent sur Agadir, et je suis juste derrière. C’est un bon tapis roulant, mais plutôt agite. D’ailleurs mon estomac, me le fait savoir, et je n’avalerai rien de la journée, sauf deux tartines de pâte Hennaf, comme quoi... Le bon cote de tout ça, c’est que je bombarde direct sur mon objectif, et qu’il n’y a pas un bateau a l’horizon. La nouvelle nuit de veille se fera donc dedans, au chaud, et avec des bonnes tranches de sommeil. Et oui, moi la mer ça me berce. Mardi même topo, avec l’espoir que cela se calme durant la prochaine nuit. Décidément les prévisions météos sont devenues d’une précision redoutable, car a l’heure dite, le vent faibli, et je peu relancer la machine, puis surtout quitter mon cire, avec lequel je dort depuis deux jours. Ambiance vestiaire de mecs, les odeurs avec. Par contre la mer, mettra plus de temps a s’assagir. Sur notre carte, les enjambées sont grandes et la foulee rapide, je prévois  une arrivée jeudi dans la mâtine. Mercredi sera dédie au rangement du bateau, et a un bon repas chaud. Hum, le plaisir d’un cassoulet de canard du sud ouest, en pleine mer. Bref je suis bien et retrouve goût a la navigation au large, j’envois tout ce je peu de voile a l’avant. C’est comme une répétition avant la grande traverse. Ce soir je change de carte, et sort celle de l’archipel de Canaries, ou je viens de pénétrer. Depuis peu, une espèce de tourterelle ou pigeon, fait même une pose, tranquillement installée sur la grand voile, et quelques libellules jouent a cache-cache sur le pont. Des petits oiseaux volent entre les vagues, ce qui est bon signe concernant le temps a venir. Les premiers pétroliers apparaissent, et indiquent l’arrivée proche. Heureusement d’ailleurs, car je ne vois aucune île, ni phare sur l’horizon. Le ciel est couvert, et je porte toujours ma polaire. Gast ! y z’auraient pas change le nord avec le sud au moins ? Jeudi, c’est toutes la toile dessus et vent faible, que je m’approche de Grand Canaria, dont  je ne verrai les premiers immeubles blancs, seulement une heure avant d’arriver. De quoi se poser des questions pendant un moment, sur l’exactitude de ma navigation. Mais non, c’est tout bon, et a midi je jette l’ancre dans le port, juste a cote d’un cata français qui m’indique la profondeur. Je suis en forme, le bateau est beau sur l’eau, accroche a son ancre, et les voisins m’invitent a dîner. C’est pas cool tout ça ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Page précédente | Page 9 sur 26 | Page suivante

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Mes amis

Sites favoris